Parc éolien de Caulières Éplessier Lamaronde

Chantier en janvier 2010

terrassement

Vous êtes ici: Accueil | Galerie | Parc éolien de Caulières-Éplessier-Lamaronde

Les éoliennes assemblées à Caulières

pales éoliennes avant assemblage

Aux lieudits de Bois Nanette (12MW) et du Bois Duvivier (5MW) (source: les deux arrêtés d'exploitation) à Caulières dans le 80: assemblage de 7 éoliennes de GE Energy (voir aussi Chicheboville pour ce constructeur USA), des aérogénérateurs de type 2.5xl (que l'on retrouvera en Picardie sur les sites de Laucourt et de Beuvraignes) à la puissance nominale de 2500 kW (17.5 MW installée).

D'après les références constructeur, ce modèle 2.5xl pourrait être rapporter à un poids de la nacelle de 82 tonnes (à Caulières) jusqu'à 85 tonnes, du rotor de 40 tonnes, sur une tour de 100m, 85 et 75m.

Les fondations

Le poids d'une éolienne repose sur sa fondation. Une reconnaissance et une étude des caractéristiques de compression et de cisaillement (propriétés mécaniques) du sous-sol, détermineront le type et la dimension de la fondation. Des sondages aux futurs emplacements des éoliennes et l'utilisation d'un pénétromètre statique seront engagés après l'acquisition du permis de construire. La plupart du temps ce sont des fondations superficielles, mais quand le sol révèle des faiblesses de résistance à la charge, aussi des fondations profondes sur pieux.
La fondation peut être circulaire, carrée, octogonale ou plus rarement cruciforme.

Construction du parc éolien

Les vues du chantier ont été saisies du 3/01/2010 au 23/06/2010 par Sophie Garnier; échappe l'assemblage des turbines, posées mi-fin juillet. Elles reconstituent partiellement la durée du chantier et sa structuration, après le marquage au sol par les géomètres des relevés métriques et des points de références au nivellement. Ce laps de temps est (d'une durée) ordinaire pour la finalisation d'un site (les retards importants étant généralement dus à un délai de livraison inattendu).

Le chantier commence par les travaux de terrassement, des désertes et des surfaces affectées aux manoeuvres et aux déchargements. Ceux-ci laisseront qu'une courte marge de confort pour les opérations qui s'y poursuivront, dont fouilles, raccordement électrique, réceptions, montage des tronçons et assemblage des pales.
Les équipes des entreprises seront déployés en une coactivité programmée de plusieurs mois.

Un béton de propreté prépare le fond de l'excavation à la construction du socle de l'éolienne. Une des astreintes est le facteur météorologique, les précipitations (excavation et au coulage de la fondation) et vents forts (à la fin de montage) pouvant retarder des phases de constructions du parc éolien.

La virole insérée, ainsi qu'ajustée au ferraillage de l'embase, servira d'ancrage au premier tronçon et donc de l'éolienne à ses fondations. Le béton est coulé dedans et au tour de la virole (l'anneau) afin de l'immobiliser.

L'élévation de la tour, le séchage des fondations se fait sur un mois.

"Compléter".
Fin juin 2010.

Incorporer à la base du premier tronçon, transformateur, disjoncteur, armoires électriques et de commande, nécessite un extracteur de chaleur à l'étage. La particularité de la marque est d'utiliser des circuits de refroidissement avec échangeurs extérieurs.

Les pales (en fibre de verre) entreposées sur l'aire de montage, seront fixées au moyeu ou hub à hauteur du sol pour former le rotor, qui ensuite sera monté sur l'arbre lent.
La longueur d'une pale fait près de 50m, assemblées, elles couvriront ("balaieront") une surface de 7854m².

Rédaction: etapenergie - Photos: Sophie Garnier.